Après une période où il a été contraint de tenir ses réunions en ligne, en raison de la pandémie de COVID-19, le Réseau Européen des Lieux de la Paix (ENPP) prépare déjà sa 13e Rencontre européenne et sa 10e Assemblée générale, en personne, le qui est prévue du 14 au 17 octobre 2021, dans la ville allemande de Markranstädt (Leipzig), la commune à laquelle appartient le château d’Altranstädt, l’un des lieux les plus emblématiques de la Route des Lieux de la Paix.
La 13e Rencontre européenne de l’ENPP sera organisée par l’Association pour la Promotion du Château d’Altranstädt, membre fondateur de l’ENPP, et se tiendra dans les locaux de la municipalité de Markranstädt, dont le soutien a été essentiel pour rendre la rencontre possible.
La présence de délégations des membres de l’ENPP des 9 pays européens qui intègrent le Réseau est attendue, ainsi que d’autres entités publiques et privées d’autres pays européens qui seront invitées à participer à la réunion en tant qu’observateurs.
Cette Rencontre concentrera ses travaux sur la discussion et l’approbation du Plan d’activités triennal avec lequel on espère entamer une nouvelle phase dans la vie de l’Association, notamment à travers le renforcement de sa structure de gestion, l’augmentation des activités dans les lieux de la Route et le lancement d’activités transnationales tout au long de la Route et entre les localités voisines, la responsabilisation du Conseil Scientifique de la Route des Lieux de la Paix ainsi que la structure de soutien de cette Route.
Dans le même temps, les membres de l’ENPP discuteront du plan financier pour soutenir le plan d’activités triennal, qui comprend une plus grande implication financière des membres du réseau, à savoir les entités publiques et la soumission de demandes de fonds nationaux et communautaires.

Sur la photo : Vue d’ensemble du château d’Altranstädt (voir plus sur: https://placesofpeace.eu/la-route/altranstadt/?lang=fr)

La nouvelle exposition au château d’Hubertusburg à Wermsdorf en Allemagne, prévue pour cette année, est en cours et, pour la première fois, la population locale est également impliquée car la Collection d’art de l’État de Dresden (SKD), entité responsable par ce château, a invité tous ceux qui se sentent liés au château à participer à la création de cette exposition.
La conservatrice responsable, Selene Vincent, de SKD, a souligné que l’exposition n’est pas seulement historique, mais aussi actuelle.  « Nous sommes intéressés à rassembler toutes les personnes associées à cet endroit« , a-t-elle déclaré.
L’exposition sera disponible au château d’Hubertusburg à partir du 11 septembre 2021, et il y a déjà beaucoup de matériel collecté, qu’il s’agisse de matériel historique ou de pièces individuelles de l’ancienne usine de faïence d’Hubertusburg.
La popularité de cette exposition n’est pas surprenante, car il existe une forte volonté locale d’inviter les visiteurs à profiter d’une nouvelle exposition dans le château.
De nombreuses expositions de la Collection d’art de l’État de Dresden seront également présentées dans ce château, reconnu comme la plus grande résidence royale de chasse de Saxe.
Sur le plan thématique, la nouvelle exposition présentera, entre autres, les contenus suivants :
– l’histoire de la construction et de l’utilisation du Château
– l’histoire du traité de paix d’Hubertusburg
– la forêt et la chasse
– des personnalités historiques, ainsi que des objets en faïence et en argile.

L’exposition devrait être ouverte au public jusqu’en novembre prochain.

L’année prochaine, une autre exposition est prévue. L’annonce a été faite par Christiane Schenderlein, membre CDU du parlement de Saxe, en tenant compte du fait que les fonds nécessaires approuvés par le gouvernement de l’État libre de Saxe sont désormais disponibles.

Le membre de l’ENPP, Freundeskreis Schloss Hubertusburg eV (Ligue des Amis du Château d’Hubertusburg), en collaboration avec l’administration municipale de Wermsdorf et d’autres acteurs de la région, soutiendra activement les préparatifs de cette exposition, dans laquelle la Paix d’Hubertusburg et le travaille ensemble dans le Le Réseau Européen des Lieux de la Paix jouera également un rôle important.

La 1ère Conférence internationale et interdisciplinaire « Places of Peace: Making Europe throughout Peace Treaties« , tenue en ligne le 30 juin, a été un grand succès tant par la qualité des présentations présentées que par le nombre des participants.
La Conférence a débuté par le discours d’ouverture du Président du Réseau Européen des Lieux de Paix (ENPP), Eduardo Basso, qui a décrit les principales actions de l’association depuis sa fondation et les perspectives de développement futur. Par la suite, les participants à la Conférence ont eu l’opportunité de visionner la vidéo promotionnelle « Places of Peace Route » récemment publiée, qui présente la dimension actuelle de la Route et ses principaux objectifs.
Le discours d’Ulf Müller, vice-président de l’ENPP, sur l’activité développée autour du château d’Hubertusburg (Allemagne), où a été signé le traité mettant fin à la fameuse « Guerre des Sept Ans », a clôturé la séance d’ouverture.

La première session de travail a eu comme intervenante principale, Patrizia Battilani, Directeur du Centre d’Études Avancées en Tourisme de l’Université de Bologne, Italie, qui a présenté un excellent travail sur le thème « Traités de paix, patrimoine dissonant et tourisme : défis et opportunités », a suivi par des présentations d’Antonia Ceballos Cuadrado, Université de Séville, Espagne (L’Acte final de la Conférence d’Algésiras (1906) narré par Jean Jaurès dans L’Humanité) et de María Rojas Pavón et Concepción Foronda Robles, également de l’Université de Séville, Espagne (Le Label du patrimoine européen contribue-t-il à construire une Europe de la paix ?), suivi d’une période de débat.

L’après-midi a débuté par une importante présentation de Fabio Carbone, professeur de « International Tourism Management », à l’Université de Coventry (Royaume-Uni) et chercheur au « Centre for Trust, Peace and Social Relations », de la même université, qui s’est adressé à le thème « Donner une chance à la paix. Les défis d’une contribution efficace du tourisme à la paix. » Articles de Sofia Lopes, Université Européenne, Portugal (Mobilité académique. Combler le fossé entre tourisme et éducation pour la paix), Silvia Aulet, Université de Gérone, Espagne (Lieux sacrés comme lieux de paix : une approche proposée du tourisme) et Anabela Monteiro, de l’Université Européenne, Portugal (Tourisme et Paix – Quel type de relation ?) a clôturé la 1ère session de l’après-midi.

La dernière session (entièrement en français) s’est déroulée sous le thème général « Histoire et paix », avec des présentations de Ferenc Tóth, chercheur principal à l’Institut d’histoire du Centre de Recherche en Sciences Humaines de Budapest (ancien Centre de Recherche de l’Académie des Sciences Hongrois ) intitulé « Histoire et paix. Valorisation du patrimoine historique à Vasvár en Hongrie » et par Bruno Judic, professeur émérite à l’Université de Tours, qui a présenté l’article « La figure de Saint Martin et le thème de la paix« .

La séance de clôture a comporté de petites interventions des membres du Comité d’organisation, Patrizia Battilani, Áurea Rodrigues, de l’Université d’Évora et présidente du Conseil Scientifique de la « Places of Peace Route » et Eduardo Basso, Président de l’ENPP.

En plus des conférenciers, plus de 50 personnes ont participé à la conférence, principalement des universitaires de diverses universités européennes.

La 2ème Conférence « Places of Peace » se tiendra l’année prochaine à une date qui sera annoncée prochainement.

L’ENPP a lancé une vidéo promotionnelle pour la Route des Lieux de la Paix dans le but de faire connaître les principaux objectifs et domaines d’activité de la Route qui relie les 12 lieux d’Europe où ont été signés des Traités de Paix qui l’intègrent.
Outre des informations générales sur la Route, la vidéo contient des témoignages du Président du Conseil Scientifique de la Route, Áurea Rodrigues, du membre de ce Conseil, Patrizia Battilani, les maires de Kaynardzha (Bulgarie), Edirne (Turquie), Zadar (Croatie)), Viana do Alentejo (Portugal), Wermsdorf (Allemagne) et Vasvár (Hongrie) ainsi que l’eurodéputé espagnol Francisco Millán Mon, président de l’intergroupe Caminhos de Santiago et autres itinéraires culturels, du Parlement européen.
La vidéo est disponible sur YouTube à l’adresse https://youtu.be/JT3xzcYApWI.

 

Pour la 9e année consécutive, la ville de Zadar a célébré l’anniversaire de la signature de son traité de paix, organisé par la municipalité de Zadar, le monastère de S. Francisco, l’université de Zadar et le musée «Patrimoine et Paix» de l’École Primaire «îles de Zadar».

Cette année, en raison de la pandémie, les célébrations ont été plus limitées en termes de participation du public, mais ils comptaient toujours avec la participation des étudiants de l’école secondaire de S. Benedito, de l’école de musique «Blagoje Bersa» et de l’École Primaire «îles de Zadar» ainsi que du groupe de théâtre «Posedarje» avec une représentation historique de la signature du traité de Zadar dans l’environnement du lieu où il a été signé – la sacristie du Monastère de S. Francisco.

Au cours des célébrations, il a également été possible d’écouter les discours de bienvenue des frères Stanko Škunca et Andrija Bilokapić et, entre autres, les témoignages du maire de Zadar, M. Branko Dukić, du directeur de l’école primaire «îles de Zadar», M. Davor Barić, et le professeur Antun Nekić, du Département d’histoire de l’Université de Zadar et membre du Conseil Scientifique du Réseau Européen des Lieux de la Paix, dont la ville de Zadar est membre depuis 2011.

Le professeur Anamarija Botica Miljanović a également parlé du lien de l’école primaire « îles de Zadar» avec ces célébrations et Anita Gržan-Martinović, chef du département des relations internationales de la ville de Zadar et membre du Conseil d’Association ENPP sur le rôle de la ville sur le Réseau Européen des Lieux de la Paix.

Il convient de mentionner tout particulièrement le discours du maire, M. Branko Dukić, adressé aux citoyens de Zadar et au Président du Réseau Européen des Lieux de la Paix, dans lequel il a déclaré que «la ville de Zadar est membre de nombreuses organisations et associations internationales, mais le Réseau Européen des Lieux de la Paix a une place particulière, car l’idée qui nous unit dans cette association a une valeur universelle et durable. Sa mission principale est la préservation et la culture de la paix, la promotion de la connaissance de notre histoire, de notre patrimoine culturel et social, de nos traditions et de nos coutumes, mais aussi de la beauté naturelle, en défendant une vie meilleure pour nous tous et pour les générations futures.

Zadar célèbre fièrement le 663e anniversaire de la signature de la paix, au même endroit où elle a été signée, dans un environnement de paix et de spiritualité franciscaine. Nous célébrons cet événement historique plus de 600 ans plus tard, en raison de son effet positif sur notre ville et notre région, y compris les enfants et les jeunes afin que la mémoire de la paix de Zadar dure et reste vivante.”

Tous les événements du riche programme des Célébrations de cette année ont été enregistrés et une vidéo commémorative sera diffusée à travers les médias et les réseaux sociaux afin d’être accessible à tous ceux qui n’ont pas pu participer personnellement cette année, en raison des circonstances de la pandémie.

Le président de l’ENPP, Eduardo Basso, a adressé un salut à ces célébrations dans lequel il a défendu que «notre Europe soit vraiment plus d’Europe de la santé, plus d’Europe des citoyens, plus d’Europe de la paix, car c’est exactement le chemin de l’Europe et le chemin de la paix ».

 

Source: https://www.grad-zadar.hr/vijest/opce-vijesti-28/663-obljetnica-potpisivanja-zadarskog-mira-6573.html

La Municipalité de Viana do Alentejo et l’Association du Réseau Européen des Lieux de Paix (ENPP), dans le cadre d’un Protocole établi entre les deux entités, ont soumis aujourd’hui, le 9 décembre, à la Direction Régionale de la Culture de l’Alentejo (Portugal) une application transnational au Label du Patrimoine Européen (MPE) avec le nom commun «Lieux de paix» qui comprend, en plus du Paço dos Henriques, à Alcáçovas (Portugal) six autres sites situés dans six États membres de l’Union européenne, qui ont un patrimoine avec importance commune puisque dans tous les traités de paix pertinents ont été signés.
Le label du patrimoine européen (LPE), créé en 2011 par la décision n ° 1194/2011 / UE du Parlement européen et du Conseil européen, vise à distinguer des sites qui représentent une forte valeur symbolique européenne et qui donnent une visibilité à la fois à l’histoire commune  européenne et la construction de l’Union européenne (UE), ainsi que les valeurs européennes et les droits de l’homme qui sous-tendent le processus d’intégration européenne.

La candidature a été soumise dans la catégorie «site transnational», c’est-à-dire, un site qui regroupe plusieurs sites situés dans différents États membres qui se concentrent sur un thème spécifique et inclut, en plus de Paço dos Henriques (Portugal) comme site de coordination de la candidature , le complexe historique d’Alcañices (Espagne), le château de Trencin (Slovaquie), la Maison de la Paix de Vasvár (Hongrie), le Monastère de S. Francisco de Zadar (Croatie), le Parc de la Fontaine Historique de Kaynardzha (Bulgarie) et le Musée National Cotroceni à Bucarest (Roumanie).

Sur la photo: António Padeirinha (Municipalité de Viana do Alentejo) et Eduardo Basso (ENPP)

Le projet «Route des Lieux de la Paix», qui fait partie du projet plus large de l’Association du Réseau Européen des Lieux de la Paix, a remporté le 2e prix dans la catégorie ONG/Associations, lors de la Evénement «Planetiers World Gathering» qui s’est tenu dans la ville de Lisbonne, le vendredi 22 octobre dernier.
L’organisation «Planetiers» oriente son activité vers la durabilité de notre planète, intégrant des thèmes très divers, parmi lesquels «la culture pour la paix». Le lauréat du prix Nobel de la paix 2007, Mohan Munasinghe, était l’un des principaux orateurs de cet événement.

«La Route des Lieux de la Paix» est un itinéraire culturel de sites en Europe où ont été signés des Traités de Paix, créés en 2012 et dont les principaux objectifs sont la diffusion de la Culture pour la Paix et la promotion touristique des sites qui l’intègrent.
Actuellement, la «Route des Lieux de la Paix» comprend 11 sites en Europe situés dans 9 pays: Alcáçovas et Évora Monte (Portugal), Alcañices (Espagne), Altranstädt et Hubertusburgo/Wermsdorf (Allemagne), Trencin (Slovaquie), Vasvár (Hongrie), Zadar (Croatie), Kaynardzha (Bulgarie), Bucarest (Roumanie) et Edirne (Turquie) et est un itinéraire candidat pour l’itinéraire culturel du Conseil de l’Europe, pour la période d’évaluation 2020/2021.

Le prix qui lui est décerné est une reconnaissance de la qualité du projet «Route des Lieux de la Paix» et une incitation importante pour le travail que les institutions publiques et privées des différents lieux de la Route ont mené en vue de sa visibilité et implantation européenne.

L’ENPP et ses partenaires dans 9 États membres de l’Union européenne préparent depuis quelques mois une candidature des sites européens où des traités de paix ont été signés au Label du Patrimoine Européen.

Le Label du Patrimoine Européen a été créé par la Commission européenne et le Parlement européen en 2011 et vise à renforcer le sentiment d’appartenance à l’Union européenne des citoyens européens, en particulier des jeunes, sur la base des valeurs et éléments communs de l’histoire et de l’héritage culturel de l’Europe et dans le renforcement de la diversité nationale et régionale, et dans la promotion de la compréhension mutuelle et du dialogue interculturel.
Le Label est récompensée par une sélection européenne qui a lieu tous les 2 ans, ayant jusqu’ici distingué une cinquantaine de sites européens, et la période de sélection pour l’année 2021 est actuellement ouverte.

La plupart des sites prévus pour intégrer l’application sont gérés par des membres de l’ENPP et, où ce n’est pas le cas, les membres locaux de l’Association ont établi des accords de coopération avec les entités gestionnaires de ces sites qui leur permettent de participer activement soit dans la préparation de l’application, soit dans l’organisation et la gestion des plans de développement du Label sur ces sites.
À Trencin, Slovaquie, le 15 octobre, un accord de coopération a été signé entre l’Association Trencin Ville Européenne (TREUM) dirigée par Janka Fabová qui est également membre du conseil d’administration de l’ENPP et le Musée Trencin, dirigé par Peter Martinisko, la entité gestionnaire du Château de Trencin, lieu où le 24 août 1335 fut signé le traité précurseur des Accords Visigree (sur la photo).

Cet accord garantit l’intégration du Château de Trencin dans la candidature au Label du Patrimoine Européen ainsi que l’établissement des principes et règles qui guideront les activités à réaliser sur ce site, en cas d’attribution du Label.

Suite à la soumission du dossier de candidature de la Route des Lieux de la Paix à l’Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe le 30 juillet, le Secrétariat de l’Accord Partiel Élargi (EPA) sur les Itinéraires Culturels (APE) a informé la Direction de la ENPP et de la Route que la documentation soumis répond aux critères établis par le Conseil de l’Europe et est donc en mesure de passer à la deuxième phase du processus d’évaluation.

Pour cette seconde phase, le Secrétariat de l’EPA aux Itinéraires Culturels, basé à Luxembourg, a déjà désigné un expert indépendant qui sera en charge de réaliser l’analyse documentaire de la candidature et de sa conformité avec les critères de certification définis par le Conseil de l’Europe.

Cette année, en raison des contraintes de mobilité causées par la pandémie COVID19, les visites de terrain habituelles sur les sites de la Route seront remplacées par des entretiens en ligne avec la Direction de la Route et ses membres.

Ce premier résultat reflète l’engagement de tous les membres de la Rota, du Portugal à la Turquie, à réaliser cette année ce qu’ils estiment largement mérité: la certification de la Route des Lieux de la Paix comme Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe, que ce soit pour le thème qui sous-jacent – la paix – soit en raison de la manière positive et globale dont elle est assumée par la Route.