En format en ligne, l’ENPP a tenu son assemblée générale annuelle le 7 avril à 16 heures (heure portugaise), pour discuter et voter les documents de gestion pour l’année 2021 (comptes et rapport de gestion) et du plan d’activités pour 2022, ayant également fait le point sur les projets en cours à l’Association.
Les documents de gestion ont été approuvés à l’unanimité des membres présents.
Concernant les projets en cours, l’Assemblée Générale a examiné les projets déposés par l’Association et les autres partenaires du programme ERASMUS+, pris connaissance de la candidature déposée par l’Association pour les Prix EUROPA NOSTRA 2022, fait le point sur la préparation de la candidature des sites en Europe où des traités de paix ont été signés pour le label du patrimoine européen pour la période d’évaluation 2023 et ont discuté de la possibilité de soumettre une nouvelle candidature pour la « Route des Lieux de la Paix » à l’itinéraire culturel du Conseil de l’Europe pour la période d’évaluation 2022/2023  en réponse à l’invitation reçue à cet égard du Secrétaire Exécutif de l’Accord Partiel Elargi sur les Itinéraires Culturels du Conseil de l’Europe.
L’Assemblée générale a également été informée de l’invitation du Président du Conseil d’administration de l’Association Trencin Ville  Européenne, membre de l’ENPP, à organiser la Rencontre européenne 2022 dans cette ville slovaque au début du mois de septembre prochain.

La ville historique d’Évora Monte (Portugal) a lancé une nouvelle vidéo promotionnelle de son patrimoine historique, architectural et paysager, à l’initiative du conseil paroissial local.
La vidéo, intitulée « Évora Monte – Une Montagne d’Émotions » invite le visiteur à apprécier le patrimoine bâti (Torre/Paço, Igreja de Santa Maria, Capela da Misericórdia, Murs et Portes Médiévaux), son Patrimoine Historique (Maison de la Convention et Centre d’interprétation de la Convention d’Évora Monte) et son imposant patrimoine paysager.
Rappelons que c’est dans cette ville qu’a été signé le traité de paix connu sous le nom de « Convention d’Évora Monte », qui a mis fin à la sanglante guerre civile portugaise du premier quart du XIXe siècle. Toujours dans cette ville, le 28 mai 2010, l’association Réseau Européen des Lieux de la Paix a été créée, qui regroupe plusieurs lieux en Europe où des traités de paix ont été signés, qui ont également leur siège ici.

Voir la vidéo promotionnelle d’Évora Monte sur :  https://youtu.be/twcS49EG1lQ 

Lors d’une cérémonie symbolique qui s’est tenue aujourd’hui à Évora Monte (Portugal), la gestion du principal monument de cette ville (la Tour/Paço) est définitivement passée entre les mains de la Municipalité d’Estremoz, membre de l’ENPP.
La clé de ce monument, classé monument national portugais depuis 1911, a été remise par le directeur régional de la culture de l’Alentejo,  Dr. Paula Amendoeira, au maire d’Estremoz, Prof. José Daniel Sadio (sur la photo).
Avec ce transfert de gestion, les conditions sont créées pour une utilisation plus fréquente et adéquate de cet espace important dans le château d’Évora Monte, lieu où la Convention qui a mis fin à la sanglante guerre civile que le Portugal a connue dans le premier quart du XIXe siècle a été signé.
Au cours de la session, un plan de développement culturel du château d’Évora Monte a également été présenté, qui, entre autres actions, prévoit des visites guidées régulières des principaux lieux d’intérêt du site, à savoir la Tour/Paço, la Maison de la Convention et la Centre d’interprétation de la Convention d’Évora Monte, l’église de Santa Maria et la chapelle de la Misericórdia.
Dans la Tour/Paço, composée de 3 étages, il y aura une salle d’exposition temporaire, une exposition sur ce monument et un musée de pierres tombales médiévales.

Un camion transportant 24 tonnes de matériel et de biens de première nécessité a quitté la ville d’Estremoz (Portugal) le 12 mars à destination de la ville de Khotyn (Ukraine), toutes deux villes partenaires du Réseau européen des Lieux de la Paix (ENPP).
Cet envoi solidaire de biens et équipements répondait à un appel du Maire de Khotyn, M. Andryi Dranchuk, s’est adressé à tous ses partenaires internationaux, dont l’ENPP et avait le soutien de la Municipalité d’Estremoz, de nombreuses entreprises locales ou de simples citoyens et a été transporté gratuitement par une société de transport basée dans la Municipalité d’Estremoz, la société « Ricardo Pico Transportes« .
Du matériel et des marchandises destinés à Khotyn, ville située sur la rive droite du fleuve Dniestr où les combats ne se font pas sentir comme dans d’autres régions d’Ukraine mais qui a accueilli des milliers de personnes déplacées, ont été déchargés près de la frontière de Siret (Roumanie) en passé le 17 mars.

La situation de guerre en Ukraine aurait pu être évitée si les principes de dialogue et de négociation dans la résolution des conflits défendus par l’ENPP avaient prévalu, sur la base de l’expérience historique des traités de paix et des lieux où ils ont été signés, qui font partie de notre Réseau.
Malheureusement, ce n’était pas la voie suivie par les belligérants ou d’autres décideurs mondiaux et nous assistons actuellement à l’immense souffrance du peuple ukrainien, à la séparation des familles et à un immense afflux de réfugiés ukrainiens.
L’ENPP appelle les parties au conflit à saisir toutes les fenêtres d’opportunité de dialogue et de négociation qui ouvrent la voie pour mettre fin à cette guerre et faire cesser les conséquences néfastes pour les peuples européens, à qui l’ENPP exprime ses sentiments les plus profonds et sincère solidarité. .
L’ENPP a donc lancé une campagne de solidarité avec la ville de Khotyn (Ukraine), membre de l’ENPP depuis décembre dernier, qui, en raison de sa proximité avec les frontières de la Moldavie et de la Roumanie, accueille de nombreux réfugiés de guerre. Selon nos partenaires ukrainiens, les principaux besoins portent sur les équipements de chauffage électrique, les équipements de pompage d’eau, les lits, les matelas, les denrées alimentaires (conserves, pâtes, céréales, biscuits), les médicaments, les dispositifs médicaux et les aides à la prise en charge médicale, les trousses de secours et les personnels produits d’hygiène.
Cette campagne est menée par des membres de l’ENPP dans plusieurs pays européens et tous ceux qui souhaitent y contribuer doivent contacter les membres de l’ENPP de leur pays, dont les contacts sont disponibles sur le site officiel de l’ENPP, en portugais, anglais, français et allemand via le lien : https : //placesofpeace.eu/contact/.

Par décision de son conseil municipal du 26 novembre 2021, la ville de Khotyn, en Ukraine, a officialisé son adhésion au Réseau Européen des Lieux de la Paix (ENPP), portant ainsi à 10 le nombre de pays européens qui la composent.

La ville de Khotyn, avec une population d’environ 11 000 habitants, est située dans le sud-ouest de l’Ukraine et possède un riche patrimoine architectural, dans lequel se distingue le fort de Khotyn sur les rives du fleuve Dniestr, construit en 1325 (photo) et un patrimoine historique important, à savoir la signature du traité de Khotyn (1621) qui mit fin à la guerre polono-ottomane de 1620-1621.

Une délégation de la ville de Khotyn, conduite par son maire, M. Andriy Dranchuk, avait déjà participé en personne à la 13e Rencontre européenne de l’ENPP qui s’est tenue du 14 au 17 octobre 2021, dans la ville allemande de Markranstädt.

Une page d’information sur ce nouveau membre de l’Association sera bientôt disponible sur le site officiel de l’ENPP.

Après quelques années d’interrègne, la Crèche de Rue de Évora Monte sera à nouveau disponible pour les visites dans le centre historique de cette ville portugaise jusqu’au 7 janvier prochain.
Construite en 2006 par la Ligue des Amis du Château d’Évora Monte, membre de l’ENPP et par la population de la ville, cette crèche allie la solennité de cette saison festive avec le sentiment de paix qui habite le lieu où le traité de paix qui a terminé la guerre civile la plus sanglante que le Portugal ait connue en près de 900 ans d’histoire a été signé .
En plus d’avoir été construite par la population de la commune, cette crèche se caractérise par le fait que les visages de ses figures humaines sont des copies en plâtre des visages de certains de ses habitants.
La crèche de rue 2021, après la récente récupération de ses figures, a été assemblée par le conseil paroissial d’Évora Monte, une institution à laquelle LACE l’a définitivement cédée.

La ville d’Évora Monte (Portugal), où fut signé le 26 mai 1834 le traité de paix mettant fin à la guerre civile portugaise la plus sanglante, a ouvert aujourd’hui, le 10 décembre 2021, le Centre d’interprétation de ce traité de paix, dans la petite maison où il a été signé.

Le Centre d’interprétation est divisé en 3 salles et est équipé des technologies de communication les plus modernes. Dans la salle d’entrée, en plus de l’accueil des visiteurs où il est possible d’obtenir une brochure en 3 langues (portugais, espagnol et anglais), un grand panneau introduit le visiteur au thème et sur une table inactive il est possible pour recueillir toutes les informations sur l’appelé “Convention d’Évora Monte”.

Dans une autre salle, les visiteurs peuvent visionner une vidéo de haute qualité qui explique, dans un langage simple et attrayant, les faits qui ont précédé la guerre civile, les principaux événements qui ont marqué la guerre et enfin, la signature du traité et ses principaux termes. Toujours dans cette salle, un panneau mural interactif permet au visiteur de parcourir les sites et les batailles de la guerre civile portugaise 1832-1834.

Au 1er. étage du bâtiment, la salle est consacrée à une reconstitution de la signature de la Convention avec des personnages représentant ses principaux acteurs, la table et l’encrier d’origine qui ont été utilisés le jour de la signature. Dans cette salle, les visiteurs peuvent également obtenir plus d’informations sur 3 panneaux muraux : un avec le cadre historique, philosophique et politique et les Vêpres du conflit, un autre contenant le texte de la Convention d’Évora Monte et un troisième sous le thème “Le gouvernement libéral et la nouvelle Constitution de 1828”.

Cet équipement enrichit l’expérience de la visite du centre historique d’Évora Monte et permet aux visiteurs de connaître l’importance pour le Portugal (et au-delà) de l’événement historique qui a amené la paix au Portugal dans le premier quart du XIXe siècle.

Le Centre d’interprétation de la Convention d’Évora Monte est une initiative de la municipalité d’Estremoz, propriétaire du bâtiment où il est installé, financé par Turismo de Portugal à travers le programme “Valorização do Interior”.

 

Dans la photo: Reconstitution historique de la signature de la Convention d’Évora Monte

Les 18 et 19 novembre, l’Université de Nantes (France) a organisé un colloque international sur la Paix de Nystad (aujourd’hui, Uusikaupunki, Finlande) signé le 30 août 1721 entre le Royaume de Suède et l’Empire russe et qui a mis fin à la so- appelé Grande Guerre du Nord de 1700-1721.

Le colloque organisé par le Centre de recherche en histoire internationale et atlantique de cette université française a vu la présence et les présentations d’universitaires de plusieurs universités européennes, dont le Prof. Tóth Ferenc, du Centre de recherche en sciences humaines de Budapest (Hongrie) et membre du Conseil scientifique de la Route des Lieux de la Paix, qui a présenté une communication sur le thème “La paix s’installe en Europe occidentale et orientale (1718-1721)”.

Outre les différents travaux présentés, le colloque comprenait deux conférences thématiques : une du professeur émérite de l’Université de Nantes, Jean-Pierre Bois intitulée “L’abbé de Saint-Pierre et la réflexion sur la paix au début des années 1720” et une autre, par le professeur de l’Université de la Sorbonne, Lucien Bely, sur le thème “L’idéal de paix en Europe 1648 – 1763”.

Le traité de paix de Nystad 1721 et le traité de Passarowitz (aujourd’hui Požarevac, Serbie) ont créé une période de paix importante et étendue en Europe dans la première moitié du XVIIIe siècle.

Il est rappelé que l’ENPP, à travers son président, Eduardo Basso, et son vice-président, Ulf Müller, ont participé en août 2017 au “Uusikaupunki Peace Symposium 2017” dans la ville où a été signé le traité de Nystad, actuellement en territoire finlandais, sur l’invitation de son Maire, M. Atsu Vaino.

Le Réseau Européen des Lieux de la Paix (ENPP) était présent à la 1ère Edition du « Peace4Culture Partners Forum » qui s’est déroulée le 2 décembre à l’Université de Bakou, dans la capitale de l’Azerbaïdjan, à l’initiative du Ministre de la Culture de ce pays, M. Anar Karimov. La représentation de l’ENPP était en charge de son Président, Eduardo Basso, qui a présenté une communication intitulée « Réseau Européen de Lieux de la Paix – Un exemple de coopération multilatérale en Europe » lors de la 3ème. Session Planaire du Forum sous le thème « Les défis de la paix et de la sécurité : construire une coopération multilatérale« .

La session inaugurale du Forum a réuni, entre autres, M. Hikmat Hajiyev, Conseiller en politique internationale du Président de la République d’Azerbaïdjan, M. Anar Karimov, Ministre de la Culture d’Azerbaïdjan et M. Miguel Ángel Moratinos, Haut Représentant des Nations Unis pour l’Alliance des civilisations.

Lors de l’une des pauses des sessions, les conférenciers et modérateurs invités ont été accueillis par le chef de l’Organisation des musulmans du Caucase, le Grand Mufti Sheikh-ul-Islam Allahshukur Pashaazade.

Le deuxième jour de présence en Azerbaïdjan, le représentant de l’ENPP a rejoint un groupe d’orateurs et de modérateurs pour une visite dans la ville de Shusha, considérée comme la capitale culturelle de l’Azerbaïdjan et qui a été occupée par l’Arménie de 1992 au 8 novembre 2020, date de sa libération par l’action de l’armée azerbaïdjanaise. Lors de cette visite, il a été possible d’observer le degré de destruction causé par la guerre entre les deux pays et l’occupation arménienne, mais aussi l’effort gigantesque que le gouvernement azerbaïdjanais a déjà fait et continue de faire pour récupérer le patrimoine historique et architectural. de la ville de Shusha.

Avec l’accomplissement du 1er. « Peace4Culture Partners Forum« , le gouvernement d’Azerbaïdjan a lancé une initiative plus large, le « Peace4Culture Call » qui mettra en œuvre d’autres projets sous le thème général « Peace4Culture » qui sera bientôt lancé.

Sur la photo : Aspect de la session de clôture du Peace4Culture Partners Forum avec M. Anar Karimov, ministre de la Culture d’Azerbaïdjan